Journée Mondiale de Lutte contre le SIDA 2017

Photo de famille des employés de l'Ambassade des Etats-Unis lors de la Journée Mondiale de Lutte contre le SIDA 2017

Journée Mondiale de Lutte contre le SIDA 2017
Augmenter l’impact par la transparence, la responsabilité et les partenariats

Le gouvernement américain, à travers le Plan d’Urgence du Président Américain pour la Lutte contre le SIDA (PEPFAR), a aidé non seulement à sauver et à améliorer des millions de vies, mais également à transformer la riposte mondiale au VIH / SIDA. Le thème choisi par le PEPFAR pour la Journée mondiale de la lutte contre le SIDA de cette année est: « Augmenter l’Impact par la Transparence, la Responsabilité et les Partenariats » Ce thème souligne l’opportunité historique d’accélérer les progrès vers le contrôle et l’élimination de l’épidémie du VIH / SIDA comme menace pour la santé publique. Enfin, il met en exergue le rôle essentiel de la transparence, de la responsabilité et des partenariats dans l’atteinte de ces objectifs.

Nous sommes à un moment sans précédent dans de la riposte mondiale au VIH / SIDA. Pour la première fois, nous avons la possibilité de changer le cours même d’une pandémie en la contrôlant sans vaccin ni remède. Le contrôle de la pandémie jettera les bases de l’élimination ou de l’éradication du VIH, ce qui, nous l’espérons, sera possible grâce aux avancées scientifiques futures d’un vaccin et d’un traitement efficaces contre le VIH.

Sur la base de ces progrès, lors de l’Assemblée générale des Nations Unies de 2017, le Secrétaire d’État américain, Rex Tillerson, a lancé la Stratégie du PEPFAR pour l’Accélération du Contrôle de l’Epidémie de VIH / SIDA (2017-2020).

La Stratégie réaffirme le soutien continu du gouvernement américain, à travers le PEPFAR, aux efforts de lutte contre le VIH / SIDA pour assurer le contrôle de l’épidémie, en garantissant l’accès aux services liés au VIH pour toutes les populations, y compris les groupes les plus vulnérables et les plus à risque.

Elle propose également un moyen audacieux pour une mise en œuvre accélérée des activités du PEPFAR dans un sous-ensemble de 13 pays à forte prévalence, dont la Côte d’Ivoire, qui ont le plus de potentiel pour aboutir au contrôle du VIH / SIDA d’ici à 2020. Le PEPFAR appuiera ces 13 pays pour s’assurer que 90% des personnes vivant avec le VIH connaissent leur statut, que 90% des personnes qui connaissent leur statut ont accès au traitement, et que 90% des personnes sous traitement ont des charges virales supprimées quels que soient leur âges, sexes et groupes à risque au cours des trois prochaines années.

Le gouvernement des États-Unis continue de montrer la voie dans la riposte mondiale au VIH / sida. Cependant, aucun pays ou entité ne peut à lui seul mettre fin à la pandémie du SIDA. Nous sommes fiers de collaborer avec les gouvernements, le secteur privé, les organisations philanthropiques, les institutions bilatérales et multilatérales, la société civile et les organisations confessionnelles, les personnes vivant avec le VIH et bien d’autres dans ce travail. Grâce à cet effort collectif, nous prévoyons de réduire les coûts futurs pour soutenir la riposte au VIH / SIDA. En Côte d’Ivoire, l’équipe du PEPFAR entretient d’excellentes relations de collaboration avec des représentants du gouvernement ivoirien, du système des Nations Unies et des autres partenaires bilatéraux et multilatéraux, ainsi qu’un engagement fort envers la société civile à travers des réunions régulières.

Le leadership et l’engagement du gouvernement américain sont le reflet direct de la bonne volonté, de la compassion et de la générosité du peuple américain. A travers le PEPFAR, les États-Unis ont investi environ 1,4 milliard de dollars au cours des 13 dernières années pour soutenir la riposte au VIH / SIDA en Côte d’Ivoire. A la date du 30 septembre 2017, le PEPFAR a offert des traitements antirétroviraux pour 253 297 personnes, dont 10 854 enfants, des conseils et des tests de dépistage du VIH à 1 361 701 personnes, et des soins à 299 304 orphelins et enfants vulnérables touchés par le VIH et leurs familles.  Mais, il nous reste encore beaucoup de travail à accomplir pour trouver, traiter et aider des dizaines de milliers d’Ivoiriens qui continuent de souffrir du VIH/SIDA. Ce progrès ici en Côte d’Ivoire est essentiel pour parvenir au contrôle de ce fléau.

Nous sommes plus que jamais sur le point de contrôler la pandémie de VIH / SIDA. Ce qui semblait impossible auparavant est maintenant possible. Grâce à la transparence, à la responsabilité et au pouvoir du partenariat, nous pouvons accélérer les progrès vers l’atteinte de nos objectifs.