Il faut agir maintenant avec urgence pour éliminer l’épidémie du SIDA d’ici 2030

Editorial
Le 30 novembre 2016

Contact: Folli TEKO
Bureau: 2249 4599
Portable: 0672 1207
Email: tekofx@state.gov

Par S.E.M. Andrew B. Haviland,
Chargé d’Affaires a.i. de l’Ambassade des Etats-Unis d’Amérique en Côte d’Ivoire

Il y a trente-cinq ans, la vie de millions de personnes à travers le monde, a changé à jamais avec l’apparition de ce qui sera bientôt connu sous le nom de Syndrome d’Immuno Déficience Acquis, ou SIDA.

Depuis lors, aux Etats-Unis et dans le monde, nous avons enregistré des progrès importants dans la riposte au VIH et au SIDA.

En Côte d’Ivoire on estime à 460.000, le nombre des personnes vivant avec le VIH; dont 61% n’ont toujours pas accès au traitement.  Il s’agit du progrès important mais pas encore suffisant.  Sans accélération, l’épidémie du VIH continuera à détruire des vies, dévaster des familles, et entraver le chemin du pays vers l’émergence.  Ce jour, qui est la Journée Mondiale de la Lutte contre le SIDA, nous tous – les citoyens ivoiriens, le gouvernement ivoirien et la communauté internationale – nous devons renouveler notre engagement à agir de toute urgence pour combattre cette maladie.

L’engagement du gouvernement des Etats-Unis à éliminer l’épidémie du SIDA ne peut être surestimée.  Nous avons investi avec nos cœurs, nos voix, nos compétences, et nos financements.  A travers le Plan d’Urgence du President Américain pour la Lutte contre le SIDA (PEPFAR), le gouvernement des Etats-Unis a investi plus de 70 milliards de dollars pour appuyer la riposte contre le VIH au niveau mondial.  En Côte d’Ivoire, le gouvernement des Etats-Unis a investi près de 1,2 milliard de dollars depuis 2004 à travers des programmes mises en œuvre en partenariat avec le gouvernement ivoirien.  Cette contribution et notre collaboration nous ont permis jusqu’en septembre 2016 de donner des conseils et des tests de dépistage à 494.122 femmes enceintes, de mettre 179.045 personnes sous un traitement antirétroviral (ARV) qui sauve la vie, et toucher 210.471 orphelins et enfants affectés par le VIH/SIDA et leurs familles avec des services de soins et soutien.

Mais nous ne pouvons pas être satisfaits de ces résultats et nous nous trouvons à un moment critique pour changer considérablement la trajectoire de l’épidémie de SIDA d’ici 2020 à travers la Stratégie Accélérée (Fast Track Strategy) de l’ONUSIDA et les objectifs «90-90-90 ».  Il s’agit de diagnostiquer 90 pour cent des personnes atteintes du VIH, de mettre 90 pour cent des personnes diagnostiquées sous traitement ARV, et d’atteindre la suppression virale pour 90 pour cent des personnes sous traitement ARV.  Nous devons saisir cette opportunité pour mettre la Côte d’Ivoire et d’autres pays sur la voie de mettre fin à leur épidémie de SIDA d’ici à 2030.

Pour y arriver, notre lutte continue doit être fermement axée sur cinq priorités:

  • Utiliser les données pour mieux cibler nos efforts et investissements pour l’impact en vue d’une accélération vers les objectifs 90-90-90, pour que la Côte d’Ivoire puisse réussir à contrôler l’épidémie.
  • Favoriser l’autonomisation des adolescentes et des femmes et l’atteinte de l’égalité des genres afin d’accroître leur contrôle sur l’accès et l’utilisation des services du VIH.
  • Soutenir fermement et sans équivoque les populations à plus haut risque d’infection au VIH pour assurer leur accès aux services sans peur de discrimination.
  • Augmenter considérablement la couverture des soins et du traitement parmi les enfants infectés par le VIH.
  • Renforcer la pérennité et les partenariats par la transparence et la redevabilité qui nous assurent que notre soutien est investi de la manière la plus efficace possible.

Atteindre une génération sans SIDA en Côte d’Ivoire – où personne ne sera laissé pour compte – c’est possible, mais cela ne se fera pas automatiquement ou facilement.  Nous devons nous mettre ensemble en faisant preuve de leadership et d’engagement et en mettant l’accent sur l’impact pour en faire une réalité.